Dame mature – Guylaine Guay

Description de l’éditeur :

Réflexion comico-dramatique d’une périménopausée velue et moite.

Ne plus être jeune, c’est la vie. Et la vie, c’est maintenant. Vive la ménopausée moderne! 

Dans ce récit personnel où se côtoient de savoureuses histoires et une chronologie hormonale du parcours féminin, Guylaine Guay aborde un sujet plutôt tabou ou, encore, tourné en dérision : la ménopause ! Quand on naît femme, les étapes de la vie hormonale sont nombreuses : la puberté, la période reproductive, la préménopause et celle dans laquelle l’auteure baigne présentement, la périménopause ou, dans ses mots, « l’apocalypse hormonale » ! Dame mature est une réflexion tantôt drôle, tantôt profonde, mais toujours tendre, sur ce moment charnière qui apporte son lot de changements physiques, émotifs et climatiques. Ce récit, bien qu’enveloppé d’une bonne couche d’humour, est empreint d’amour et d’anecdotes « à la Guylou » !

 

Ma critique :

Le petit dernier de Guylaine Guay, c’est beaucoup plus qu’un livre sur la périménopause. C’est un retour sur sa vie parsemée de joies, de peines. C’est la franchise, la sagesse d’une femme qui transmet ses constats, suite à une introspection que Dre Christiane Laberge décrit comme propre à celles qui sont sur le chemin de la ménopause.

La comédienne, l’humoriste, la militante et la femme

Guylaine fait partie de mes réseaux sociaux depuis trois ans. J’ai échangé quelques fois avec elle en raison de notre implication dans le milieu de l’autisme québécois, mais dans ce livre j’ai eu l’impression de traverser le miroir.

La périménopause est un sujet intime et Guylaine entretient ce lien d’intimité entre elle et le lecteur jusqu’à la dernière page. C’est un livre rempli de confidences. On se sent privilégié d’avoir accès à elle de cette façon.

La ménopause de ta mère ne sera pas systématiquement la tienne !

Guylaine se livre sans retenue, sans censure et son entrevue avec Dre Christiane Laberge, médecin de famille, est informative et rassurante. Que de soulagement d’apprendre que je ne serai pas nécessairement similaire à ma mère lors de ma ménopause ! J’aime beaucoup ma mère. J’ai une très belle complicité avec elle, mais sa ménopause fut, comment dirais-je ? Infernale ! Il faut dire que j’étais adolescente et elle, ménopausée. Elle était tellement intense que j’ai décidé de reporter ma crise d’adolescence à 21 ans. J’ai un pas pire instinct de survie… Mais sérieusement, c’est loin d’être banal la ménopause et c’est lorsque l’on connaît réellement une femme depuis plusieurs années que l’on en comprend les impacts. Et c’est exactement le message que nous transmet Guylaine. C’est fait avec tout l’humour qu’on lui connaît, mais il n’y a aucune banalisation. On sent le sérieux de ses propos et son désir de conscientiser la gent masculine aux chaleurs et aux désagréments hormonaux de mesdames.

J’aurais apprécié lire ce livre lorsque ma mère vivait sa ménopause. Les enfants, les conjoints, les collègues de travail : c’est un livre pour le grand public puisque l’on côtoie tous des femmes périménopausées ou ménopausées que l’on ne reconnaît plus. De savoir ce qu’elles traversent permet de comprendre, de maximiser notre empathie.

J’ai ri mais j’ai pleuré aussi

Si la lecture du livre de Guylaine m’a fait sourire, pouffé de rire par moment, j’ai eu besoin de quelques mouchoirs pour essuyer mes larmes lorsqu’elle se confie sur le passage de sa sœur France vers la mort. Laissez partir quelqu’un que l’on aime à ce point, c’est difficile, ça fait mal. Je sais que Guylaine a pris la décision de ne pas écrire le livre sur le départ de sa sœur, mais la fenêtre qu’elle ouvre sur ce récit est tellement émouvant. C’est beau, c’est grand, c’est respectueux, c’est ce que font les grandes sœurs : elles protègent, elles sont là, elles respectent jusqu’à la fin et même après…

Guylou, on t’aime !

En conclusion, Dame mature, publié chez Libre Expression c’est du Guylaine Guay à son plus beau. C’est drôle, c’est touchant, c’est sympathique, c’est véridique, c’est divertissant et enrichissant.

Et Guylaine, le courage de ton père, tu l’as en toi. C’est ton héritage, ce que tu inspires aux gens. C’est ce que je retiens de tes trois livres, de toi.

Ce livre est disponible sur le site internet des Libraires indépendants du Québec. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s