Dame mature – Guylaine Guay

Le petit dernier de Guylaine Guay, c’est beaucoup plus qu’un livre sur la périménopause. C’est un retour sur sa vie parsemée de joies, de peines. C’est la franchise, la sagesse d’une femme qui transmet ses constats, suite à une introspection que Dre Christiane Laberge décrit comme propre à celles qui sont sur le chemin de la ménopause. La comédienne, l’humoriste, la militante et la femme Guylaine fait partie de mes réseaux sociaux depuis trois ans. J’ai échangé quelques fois avec elle en raison de notre implication dans le milieu de l’autisme québécois, mais dans ce livre j’ai eu l’impression de traverser le miroir. La périménopause est un sujet intime et Guylaine entretient ce lien d’intimité entre elle et le lecteur jusqu’à la dernière page. C’est un livre rempli de confidences. On se sent privilégié d’avoir accès à elle de cette façon.

Sur un plateau d’argent – Sophie Bérubé

J’ai particulière apprécié que Catherine soit un personnage imparfait. Ce n’est pas la femme d’affaires à qui tout réussit : elle a tout perdu et s’est reconstruite ! Elle a aimé beaucoup, beaucoup trop. Elle y a laissé son amour propre, sa santé mentale. Elle avait pourtant quitté gros pour se rapprocher de l’homme avec un grand H. Pourtant, peu de temps après, il est sorti de sa vie, la laissant seule avec ses questions. Alors qu’elle a retrouvé un équilibre, que son cœur a retrouvé preneur, l’homme avec un grand H se manifeste de nouveau. Il l’ébranle, encore une fois, et c’est là que tout se simplifie et se complique à la fois.

La beauté sans cruauté – Marie-Noël Gingras

Lorsque j’ai lu le résumé de l’éditeur, je me suis dit : « Oh ! Petit guide confrontant en vue ! »   Je vous mets en contexte. Si les gens me connaissent principalement comme militante du milieu de l’autisme, à la base, je suis diplômée en commercialisation de la mode. Avant d’être emportée par le tourbillon de l’autisme de ma fille, il y a huit ans, je travaillais dans un bureau d’achats dans l’industrie de la mode. Les dernières tendances, une nouvelle collection de vêtements chaque saison et une mention dans mon contrat de travail que le maquillage est une obligation lors des rencontres dans le cadre de mon travail, c’est de là que je viens ! Suis-je le public cible que l’auteure du blogue Sans Cruauté souhaite conscientiser avec la publication de La beauté sans cruauté ? Probablement un peu plus coriace que les gens en général en raison de mon passé professionnel. Pourtant, le petit dernier des éditions Trécarré passe le test. 

Votre intuition, ce superpouvoir – Pierrich Plusquellec et Nathe François

Même l’autisme s’invite dans ce livre ! Malgré qu’il n’y soit pas question d’autisme en continu, il y a quelques passages fort intéressants. Mon passage préféré : selon une étude publiée en 2013, ayant pour titre : « Personnal space regulation in childhood autism spectrum disorder », chez les enfants, l’espace à partir duquel ils vont ressentir une invasion pourrait s’étendre jusqu’à 3m. Rien pour rassurer Véronique, la maman d’un enfant autiste, qui doute déjà du confort de son fils dans cette si petite classe qu’il fréquentera à la rentrée scolaire cet automne. Par contre, une information fort utile qui expliquerait pourquoi certains enfants autistes semblent constamment agressés dans un local plus restreint où il y a plusieurs autres enfants et intervenants.