Moi aussi j’aime les hommes de Alain Labonté et Simon Boulerice

Description de l’éditeur :

Octobre 2015, Alain est assis dans son salon. À la télévision, des images défilent : un jeune homme, les yeux bandés et les mains liées, est amené au sommet de la plus haute tour d’une ville, puis poussé dans le vide. Parce qu’il est homosexuel. Habité par la colère et l’incompréhension, Alain écrit à la première personne à laquelle il pense : Simon. Celui-ci, dans les nuages entre Montréal et Baie-Comeau, lui répond. C’est ainsi que s’amorcent entre les deux auteurs des échanges qui abordent leurs parcours, leurs aspirations, leur joie face aux avancées des droits LGBTQ ici, leurs réactions face aux horreurs perpétrées ailleurs, l’importance de la famille et de la création. Un ouvrage désarmant de sincérité, où deux hommes se révèlent à travers leur perception de ce qui secoue notre monde.

Ma critique :

Dès les premières pages, ce livre m’a prise en otage. Cette correspondance passionnante entre les deux auteurs a capté mon intérêt jusqu’à la fin. J’ai souri, j’ai été émue aussi. La transparence des deux auteurs qui se racontent, qui se confient, est enivrante. Ils livrent des passages de leur adolescence, entre autre sur l’intimidation, des rencontres entre adultes, avec qui ils partagent leurs plaisirs, parfois moins. Ils échangent sur divers sujets d’actualité et nous sommes les espions, ceux qui ont accès à cette correspondance entre deux amis issus de deux générations différentes. Les deux plumes se marient bien, on se laisse porter par leur récit respectif.

Je suis tombée sous le charme du talent de Simon Boulerice dans L’enfant mascara et ce livre, Moi aussi j’aime les hommes, m’a tout simplement confirmé mon coup de foudre pour sa plume. Par contre, c’est Alain Labonté qui m’a le plus émue dans ce livre. Lorsqu’il raconte l’annonce de son amour pour Yves à son père, l’émotion m’a envahie. La réponse de ce père, son discours sur l’amour, est celle que j’aurais souhaitée à mes amis lorsqu’ils ont parlé d’amour avec leurs parents. Un froid, une distance, a souvent été le récit que j’ai entendu de la bouche de ceux qui ont voulu avouer leur homosexualité et souhaiter vivre leur amour au grand jour. Pour certains, c’est maintenant chose du passé, pour d’autres ils traînent encore le deuil de ne pas être entièrement acceptés par ceux qu’ils aiment.

Ce livre porte très bien son titre. Non seulement Moi aussi j’aime les hommes, mais j’aime tellement ces deux auteurs !

Vous souhaitez lire ce livre ? Veuillez cliquer sur l’image pour le commander :

st-therese

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s