Qui s’occupe du souper ? de Nathalie Collard

Résumé de l’éditeur :

La journaliste et essayiste Nathalie Collard fut parmi les premières à s’intéresser à la conciliation travail-famille, dès 1996. Vingt ans plus tard, le sujet demeure plus pertinent que jamais. Bien des femmes, constate-t-elle, sont à bout de souffle, stressées, insatisfaites, au bord de l’épuisement. Car pour l’instant, ce sont encore et surtout elles qui pédalent. Ce sont les mères qui s’occupent du souper ou prennent congé du travail quand un enfant a rendez-vous chez le médecin… Et franchement, plaide l’auteure, il est temps que cela change. Bien sûr, le monde du travail s’ouvre timidement à la réalité des familles modernes. Et on voit poindre une nouvelle génération de pères plus engagés et plus présents. Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. La prochaine étape ? En arriver à concevoir la conciliation travail-famille non plus comme un défi individuel, mais comme un enjeu qui touche tout le monde, une condi­tion nécessaire à l’équilibre de la société. Si, durant des siècles, les hommes ont pu avoir accès à tout – la carrière, les enfants, la famille, les loisirs – c’est parce que les femmes étaient à leurs côtés. L’heure du retour du balancier a sonné. Au tour des hommes de mettre l’épaule à la roue afin qu’hommes et femmes puissent se réaliser pleinement.

Ma critique :

J’ai hésité avant de lire Qui s’occupe du souper ? car, règle générale, dans les ouvrages qui parlent de la parentalité québécoise, je me sens en marge, comme si ma réalité familiale n’existait pas. Elle est rarement abordée, plus souvent cachée. Je suis de ces mères dont on parle peu. Celle qui avait une carrière qu’elle aimait, mais qu’elle a quittée par la force des choses. L’enfant handicapée que j’ai mise au monde et ses besoins ont été plus forts que mes bases féministes, carriéristes. Je suis devenue maman à la maison, non pas par choix mais par obligation. C’était ça ou le placement. J’ai choisi de tout abandonner et de me dévouer sans reconnaissance, ou presque.

J’ai donné une chance au livre de Nathalie Collard parce que j’avais apprécié celui qu’elle avait coécrit avec le pédiatre Jean-François Chicoine, Le bébé et l’eau du bain. Je n’ai pas été déçue. Qui s’occupe du souper ? est bien au-delà de mes espérances, mais en prime, l’auteure rencontre mon point de vue féministe, que l’important n’est pas qu’une femme décide de poursuivre sa carrière ou de tout quitter pour rester à la maison ; l’important c’est que nous ayons le choix.

Parlant de choix, les miens auraient sûrement été différents si la phase 2 des C.P.E. avait vu le jour, tel que le décrit Pauline Marois dans son entretien avec l’auteure. Je dois dire que j’ai eu un pincement au cœur à la lecture de ce passage de notre ex-première ministre. J’ai également été ravie de lire les deux côtés de la médaille, diverses générations de femmes également. Des discours à l’opposé ou qui se complètent. Les entretiens sélectionnés apportent une belle diversité de points de vue. Qui s’occupe du souper ? est sans aucun doute un livre qui porte à réflexion et qui procure un moment de lecture plus qu’agréable. Un beau coup de cœur pour la maman et la féministe en moi.

Vous souhaitez lire ce livre ? Veuillez cliquer sur l’image pour le commander :

st-therese

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s